fbpx
Couleur
C C C C C
Texte
T T
Skip To Content

Dépistage génétique des maladies héréditaires de la rétine

Contexte

Saviez-vous que deux personnes à qui l’on a diagnostiqué la « même » maladie, par exemple la rétinite pigmentaire (RP), peuvent présenter des mutations différentes dans le même gène, voire des mutations distinctes dans des gènes différents? Bien souvent, il est possible de déterminer l’emplacement de ces gènes et leurs mutations. À l’heure actuelle, plus de 250 gènes en cause dans les dystrophies de la rétine ont été identifiés. Chaque gène est composé de milliers de sous-unités d’ADN appelées « paires de base ». Les mutations peuvent se produire n’importe où dans cette chaîne de paires de base. C’est dire que même si deux personnes ont une perte de vision à cause d’un défaut dans le même gène, les mutations peuvent être tout à fait uniques.

Différentes maladies oculaires héréditaires peuvent entraîner une malvoyance impossible à corriger ou la cécité complète. Les cliniciens nomment souvent « dystrophies rétiniennes » ou « maladies héréditaires de la rétine (MHR) » ces maladies causées par des troubles des tissus rétiniens à l’arrière de l’œil. Malgré les différences notables qui existent entre les formes de MHR, certains aspects leur sont communs : 1) l’atteinte de la rétine à l’arrière de l’œil (là où les photorécepteurs, soit les cellules photosensibles primordiales de l’œil, sont situés) finit par causer une perte de vision; et 2) cette atteinte est le résultat de mutations génétiques (erreurs). D’autres pathologies oculaires héréditaires sont attribuables à des anomalies des tissus du segment antérieur à l’avant de l’œil. C’est le cas, par exemple, des dystrophies cornéennes et de l’aniridie.

Qu’est-ce que le dépistage génétique?

Pour réaliser un test de dépistage génétique, il faut recueillir un échantillon de votre ADN (dans le sang ou la salive), qui sera ensuite analysé en laboratoire. Votre ophtalmologiste spécialisé en génétique oculaire peut entamer ce processus, qui comporte aussi un volet de consultation génétique. Votre ophtalmologiste devra peut-être par ailleurs vous orienter vers un autre médecin spécialisé en médecine génétique. Il est important de collaborer avec votre équipe de soins de la vue, car le dépistage génétique ne donne pas toujours un résultat probant. Malgré les remarquables progrès réalisés à ce chapitre au cours des dix dernières années, le fait est que de nombreux gènes en cause dans la perte de vision ne sont pas encore identifiés ou ne sont pas assez bien caractérisés. La consultation génétique vous aidera ainsi à comprendre le but, les avantages, les risques, les limites et les résultats du dépistage génétique, tout en vous guidant dans les autres étapes pouvant être franchies.

Quel est l’intérêt du dépistage génétique?

Un test de dépistage génétique probant peut en dire beaucoup sur votre maladie. Il peut effectivement confirmer votre diagnostic et donner une estimation plus juste des risques qu’un membre de votre famille développe la même pathologie. Aussi, savoir si vous présentez une mutation à l’origine d’une maladie (ou non) pourrait également changer la prise en charge de votre maladie. Cela vous aidera par exemple à déterminer si vous pouvez participer à des études expérimentales sur de nouveaux traitements. La plupart des personnes qui consultent Vaincre la cécité Canada (VCC) au sujet du dépistage génétique voudraient participer à des essais cliniques, dont l’objectif est de tester de nouvelles thérapies. Les actuelles approches de recherche sur la vision sont plurielles. Les thérapies ciblant des mutations génétiques précises ne sont qu’un exemple d’approche parmi d’autres. Quand un traitement pour un sous-type génétique bien précis d’une maladie est mis au point, seules les personnes présentant une mutation de ce gène sont admissibles à l’essai et seules les personnes présentant des mutations dans ce gène en question bénéficieront du traitement, s’il est approuvé.

Le dépistage génétique permet-il d’identifier la mutation que je présente?

Votre conseiller en génétique pourra estimer les chances de succès du test dans votre cas particulier. Il pourra aussi déterminer les laboratoires où il convient le mieux de confier l’analyse de votre échantillon selon votre maladie et vos antécédents familiaux.

La probabilité que la réponse se trouve dans le test de dépistage génétique dépend de la précision de votre diagnostic clinique (que pose normalement un ophtalmologiste spécialisé dans les maladies oculaires génétiques). Certaines pathologies sont associées à quelques gènes bien connus seulement. Dans d’autres cas, les mutations possibles dans plusieurs gènes différents sont nombreuses, ce qui complexifie le dépistage. En général, les personnes atteintes du rétinoschisis lié à l’X, de choroïdérémie ou de rétinite pigmentaire récessive liée à l’X sont les plus susceptibles d’avoir un résultat instructif, suivies par les personnes atteintes de rétinite pigmentaire autosomique dominante, d’amaurose congénitale de Leber (ACL) ou de dystrophie maculaire de Stargardt. Dans le cas d’une rétinite pigmentaire autosomique récessive, cela risque d’être plus difficile. À titre d’illustration, si vous êtes atteint du rétinoschisis lié à l’X, le taux de détection d’une mutation dans le gène RS1 est de 90 %. Dans le cas de la choroïdérémie, le taux de détection relatif au gène CHM est de 95 %. En comparaison, le taux de détection de l’ACL est d’environ 60 %. Dans le cas de la maladie de Stargardt, le taux de détection pour le gène commun ABCA4 est de 80 %, mais 4 ou 5 autres gènes à l’origine de problèmes de vision similaires ont un taux de détection nettement inférieur. La RP liée à l’X est la forme la mieux détectée dans la RP en général. Ce taux s’explique par le fait que les mutations dans les gènes RPGR et RP2 représentent environ 90 % de tous les cas de figure. Le taux de détection chez les personnes ayant la forme autosomique dominante de RP est de 60 %, comme environ 25 gènes différents ont été identifiés. Le taux de détection de la forme autosomique récessive de RP tourne autour de 35 %, laquelle a été associée à 33 gènes différents à ce jour.

Comment faut-il procéder pour passer un test de dépistage génétique?

C’est avec un conseiller en génétique que vous pourrez planifier un test de dépistage. Malheureusement, c’est encore difficile dans de nombreuses régions au pays. Nous savons que la consultation génétique pour les maladies oculaires n’est pas largement accessible au Canada. Toutefois, dans de nombreuses grandes villes canadiennes, il est possible de se tourner vers une clinique spécialisée dans la dystrophie rétinienne ou en médecine génétique, où vous pourriez consulter un conseiller en génétique. Il faut garder à l’esprit que de nombreux conseillers en génétique ne sont pas des spécialistes de la génétique oculaire; ils peuvent néanmoins organiser les tests appropriés s’ils disposent d’assez d’information.

S’il est impossible de consulter un conseiller en génétique oculaire dans votre ville, demandez à votre médecin de famille, ophtalmologiste ou optométriste de vous mettre en relation avec un.

Il est important de travailler avec votre ophtalmologiste et un conseiller en génétique pour planifier les tests. Ne faites pas affaire avec une entreprise privée offrant des services de dépistage. Ces entreprises (p. ex. 23andM[AT1] e) offrent des services de plus en plus abordables et faciles d’accès en ligne. Elles n’ont toutefois pas les ressources pour vous donner les réponses voulues.

Demandez à votre ophtalmologiste ou à votre optométriste de vous guider vers une clinique de génétique de votre région. L’Association canadienne des conseillers en génétique offre un répertoire de cliniques de génétique à l’adresse suivante : https://www.cagc-accg.ca/?&locale=fr_CA (cliquez sur « Trouver une clinique génétique »[U2] ). Les conseillers en génétique au Canada ont accès à de nombreuses ressources professionnelles pour se tenir au fait des dernières options de dépistage génétique et pour connaître les laboratoires internationaux qui analysent des gènes en particulier.

Soyez votre propre porte-parole. 

Si vous avez de la difficulté à consulter un conseiller en génétique ou à passer un test de dépistage génétique, n’oubliez pas que vous devez être votre meilleur porte-parole. Qu’est-ce que cela signifie? Continuez de demander les soins dont vous avez besoin. Expliquez en quoi le dépistage génétique est important pour vos soins. Expliquez à votre médecin que le dépistage génétique est une étape clé dans la prise en charge de votre maladie. Expliquez aussi qu’il y a maintenant plus de 250 gènes différents en cause dans les dystrophies héréditaires de la rétine, et donc qu’un test génétique pourrait vous aider à obtenir un diagnostic précis. Spécifiez que vous souhaiteriez faire partie du Registre des patients de Vaincre la cécité Canada afin de pouvoir participer à d’éventuels essais cliniques canadiens ciblant votre type de maladie oculaire génétique. Imprimez et partagez cette ressource.

Le dépistage et la consultation génétiques sont des étapes importantes de votre cheminement dans les soins de la vue. Nous savons qu’il est parfois difficile d’avoir accès à ces soins. VCC prêche justement pour un meilleur accès. Racontez-nous ainsi votre histoire. Parce qu’elles sont évocatrices, vos histoires nous aideront à démontrer l’importance de la génétique oculaire pour les personnes atteintes d’une maladie causant la cécité auprès de l’État.

Quels renseignements mon médecin doit-il fournir pour recommander ma prise en charge en clinique de génétique ou en médecine génétique?

  • Nom
  • Adresse et numéro de téléphone
  • Diagnostic actuel
  • Antécédents familiaux de problèmes de vision
  • Indication des premiers symptômes et de l’âge d’apparition
  • Résultats des examens passés (p. ex. ERG, PEV, TCO, tests des champs visuels et d’acuité visuelle)

Combien de temps faut-il attendre?
Une fois l’échantillon soumis à l’analyse génétique moléculaire, le délai pour connaître le résultat peut être de plusieurs mois. Même les plus grands centres au Canada risquent d’envoyer votre échantillon à l’analyse dans un laboratoire ou plusieurs laboratoires à l’international. Demandez à votre conseiller en génétique comment l’on vous communiquera les résultats quand ils seront disponibles.

Si le résultat du test génétique est peu concluant ou qu’il ne permet pas de confirmer votre diagnostic clinique, votre échantillon d’ADN pourrait être conservé puis réanalysé ultérieurement, quand les chercheurs auront acquis de nouvelles connaissances sur la maladie oculaire et identifié d’autres gènes. Demandez à votre conseiller en génétique s’il est possible que votre échantillon soit conservé et analysé de nouveau, et combien de temps il pourrait être conservé.

Le régime d’assurance-maladie provincial couvre-t-il le test?

Dans certaines provinces, le conseiller en génétique peut remplir une demande de couverture d’assurance pour un test de dépistage génétique. Le traitement de la demande peut prendre plusieurs mois et cette possibilité n’est pas offerte dans toutes les provinces.

Puis-je payer le test de ma propre poche? Combien m’en coûtera-t-il?

Selon la réglementation en vigueur dans votre province, payer le test de votre propre poche sera peut-être possible – et ce sera la seule option dans de nombreux cas. Le coût, qui dépend de votre maladie, du nombre de gènes à analyser et des méthodes utilisées, varie entre 400 et 3 000 $. Or les tests évoluent constamment et deviennent plus rapides et moins onéreux.

Depuis peu, il est possible de cartographier votre génome bien davantage grâce aux progrès scientifiques qui ont permis de mettre au point le « séquençage de l’exome entier ». En théorie, cette méthode permet de cibler presque toute mutation, mais elle est très dispendieuse et chronophage, et le résultat n’est pas garanti. Pourquoi? Parce que la mutation que vous portez n’est peut-être pas connue. Le séquençage de l’exome entier est très utile en contexte de recherche clinique pour mieux comprendre les symptômes inhabituels d’un patient. La méthode sert également souvent à mener des analyses tant du côté du patient que des parents dans une tentative d’identifier de nouveaux gènes ou de cibler précisément une mutation causale particulière.

La disponibilité et l’efficacité des tests de dépistage s’amélioreront-elles?

Oui, nous nous attendons à une amélioration sur ce plan au cours des prochaines années. Avec votre soutien, les chercheurs canadiens découvrent de nouveaux gènes chaque année, à l’instar d’autres scientifiques dans le monde. Aussi les outils pour réaliser ces tests évoluent constamment et deviennent plus abordables. Dans le futur, nous entrevoyons que le dépistage génétique permettra de cibler la plupart des mutations et qu’il devienne un examen de routine pour les Canadiennes et Canadiens ayant une perte de vision.

Ce feuillet d’information a d’abord été publié le 14 octobre 2011, puis il a été révisé par Joanne Sutherland et Megan Day, conseillères en génétique oculaire au Sick Children’s Hospital.


Texte mis à jour le 29 avril 2016 par la Dre Mary Sunderland, directrice, Recherche et éducation à Vaincre la cécité Canada, et révisé par Stephanie Chan, conseillère en génétique oculaire au Royal Alexandra Hospital.

Unissons nos forces

Découvrez comment votre soutien peut contribuer à tracer un avenir sans cécité! Soyez informé en exclusivité des dernières percées de la recherche en santé de la vision et des événements dans votre région en vous abonnant à notre infolettre.